Origine et histoire du musée

La genèse d’Aeroscopia

Les débuts de cette grande histoire entre l’aéronautique et Toulouse remontent à la fin du 19ème siècle lorsque Clément Ader, originaire de Muret, effectue le premier décollage de l’histoire de l’aéronautique avec un engin plus lourd que l’air motorisé baptisé Eole.
Depuis ce premier « bond » de Clément Ader, un long chemin a été parcouru pour mener aujourd’hui aux fleurons de l’industrie aéronautique que sont l’A380 ou encore l’A350. Et c’est ici à Toulouse qu’une grande partie de l’histoire de cette industrie s’est écrite.
Un grand nombre de pionniers plus ou moins célèbres et d’avions de légende ont contribué à construire cet ancrage de l’aéronautique dans le patrimoine local.

Au milieu des années 50, la Caravelle, premier avion civil à réaction français sort des chaînes d’assemblage. Suivi par le légendaire Concorde qui décolle en 1969 pour la première fois depuis les pistes de l’aéroport de Toulouse-Blagnac. Aujourd’hui, Toulouse est aussi le berceau de deux grands constructeurs aéronautiques mondiaux que sont ATR et Airbus. En Midi-Pyrénées, près de 80.000 personnes vivent aujourd'hui de l’activité aéronautique.

Depuis plus de 30 ans, les acteurs et les témoins de cette formidable épopée industrielle, technologique et humaine, les amoureux du ciel et des avions se sont mobilisés pour que cette histoire soit à jamais reconnue et partagée. Pour que ce patrimoine historique soit préservé. Aeroscopia, musée aéronautique, porte cette attente.

La première pierre a été posée le 16 juin 2011.

Pose de la première pierre aeroscopia
 

Un emplacement idéal à côté de la vitrine européenne de l’aéronautique

Le musée est construit sur le site de Pinot, en bordure de la ZAC Aeroconstellation, berceau de l’A380, elle-même en lien direct avec la plate-forme aéroportuaire et les pistes de Toulouse-Blagnac. Cet emplacement permet de mutualiser l’entrée du musée avec celle des circuits de visite de la chaîne de montage de l’A380 et des usines Airbus, renforçant l’offre touristique industrielle et culturelle du site.

  • Découvrez Let's visit Airbus sur le site web Manatour

Une architecture dédiée

Signée par l’agence Cardete Huet Architectes, également conceptrice de la géométrie de l’usine Lagardère, l’architecture d’aeroscopia affiche la forme oblongue d’un long tube, recouvert d’une peau de zinc gris, ouvert à la lumière du jour qui, s’il n’était légèrement incurvé le long du plan dans lequel il se reflète, semblerait prêt pour un décollage immédiat.
Le musée couvre une surface au sol de 15 000 m² incluant des espaces d’expositions intérieurs et extérieurs.
La halle permet une certaine flexibilité d’aménagement dans le temps avec la possibilité de réaliser une extension de 6 500 m² en vue de l’enrichissement des collections.

Aeroscopia c’est aussi :

La ferme Pinot, construite au 18ème siècle. En forme de « U », elle fait partie du projet muséal. Après réhabilitation en 2016, elle accueillera sur 2 300 m² plusieurs activités liées au musée : un auditorium, des espaces de restauration, un centre de documentation, des salles d’ateliers pédagogiques, des bureaux associatifs.

L’atelier de restauration des avions anciens, notamment ceux de la collection de l’association des Ailes Anciennes Toulouse.