Nord-Aviation CT 20

Le Nord Aviation CT20 est un engin cible télécommandé utilisé pour la mise au point des missiles ou l’entrainement au tir des pilotes de chasse et des unités de défense anti-aérienne. Il peut également être utilisé en tant que remorqueur de cible, assurant le tractage, le déverrouillage puis le largage de la cible.

Dès 1946, pour les besoins de l’entraînement à la lutte anti- aérienne à partir des canons de DCA, de missiles ou d'avions de chasse, l'Arsenal de l'aéronautique développe le CT 10. Cet engin cible, télécommandé et récupérable, dérivé du V1 allemand et propulsé par un pulsoréacteur devait simuler le vol d’un bombardier. Les performances limitées du CT10, permettant de simuler seulement un appareil à hélices ont conduit à son remplacement par le CT 20 Le CT20 est donc conçu autour d’un petit turboréacteur économique et de fonctionnement simple, le Turboméca Marboré. La partie avant du fuselage contient les équipements électriques, électroniques et l’antenne. La partie centrale contient le réservoir de kérosène et le liquide fumigène. La partie arrière contient le réacteur et le parachute-frein. La queue en V ou en papillon facilite l’installation du parachute de récupération. Les deux demi-voilures ont une flèche de 30°, à leur extrémité viennent se fixer des ballonnets renfermant les renforceurs d'échos radar.

Après la mise en route du turbopropulseur, l’engin est catapulté depuis une rampe inclinée grâce à deux fusées à poudre. L’opérateur du drone peut le mettre en ordre d’atterrissage : l’arrivée de carburant se coupe, le parachute de freinage est éjecté et se déploie, et des cartouches de dioxyde de carbone gonflent les airbags, pour atterrir en douceur.

Le premier CT20 décolle en 1955 et l’appareil est mis en service à partir de 1958.

Le CT20 a été construit à 1569 exemplaires pour l'OTAN, la Suède, l'Egypte et la France.

Le CT20 est ensuite modifié pour une utilisation par l’Armée de Terre en tant que drone de reconnaissance, appelé R20. Les essais ont lieu en 1963 et la mise en service en 1968 : il s’agit du premier drone utilisé en Europe.

Collection Ailes Anciennes Toulouse